De passage à Trois-Rivières, Françoise David est venue offrir son appui aux citoyens-nes mobilisés contre le projet de pipeline de TransCanada Energy. « Il était prévisible que le gouvernement Harper appuie l’industrie des sables bitumineux. Il est par contre incompréhensible qu’un gouvernement souverainiste refuse d’être combatif sur une question aussi fondamentale, surtout que la Commission de protection du territoire agricole figure parmi les plus beaux legs de René Lévesque. Entre les agriculteurs-trices et les entreprises pétrolières, le Parti québécois a choisi son camps », déplore Françoise David, porte-parole des Solidaires.

Rappelons que TransCanada souhaite construire un tronçon de pipeline entre Trois-Rivières et le Nouveau-Brunswick afin d’acheminer 1,1 million de barils par jour. Les communautés sont très préoccupées des impacts du projet mais le gouvernement Marois a préféré adopter une posture passive sur cet enjeu. Le cas du pipeline d’Enbridge 9B, qui a été approuvé par l’Office national de l’Énergie du Québec, a démontré que c’est une attitude perdante.

« TransCanada est la même compagnie qui opère la très inutile centrale au gaz naturel de Bécancour qui n’a pas produit un seul kilowatt-heure depuis 2008. Cet éléphant blanc nous coûte plus de 250 millions $ par année en indemnisations. Pierre-Karl Péladeau quitte aujourd’hui la présidence du Conseil d’administration d’Hydro-Québec sans avoir réglé cet enjeu majeur. Jusqu’où ira-t-on dans la complaisance », questionne Andrés Fontecilla.

Rappelons que Québec solidaire proposera durant la campagne un plan de sortie du pétrole.