De passage dans les Laurentides, Amir Khadir rappelle l’importance d’augmenter la place des forêts privées dans le nouveau régime forestier.

« La forêt privée est l’enfant pauvre de la réforme forestière dans laquelle le Québec s’est engagé très timidement. Le modèle d’exploitation a changé sur papier, mais il reste des morceaux à mettre en place pour être efficace et pour permettre aux producteurs privés d’exploiter leurs forêts à leur plein potentiel », a fait savoir M. Khadir.

Le Québec a mis un frein à la surexploitation de ses forêts, mais les industries de transformation se retrouvent aujourd’hui en pénurie de bois d’œuvre. «Nous avons mis toutes nos billes dans les grosses entreprises forestières, mais très peu pour les producteurs privés. Leur production pourrait facilement et rapidement doubler avec des mesures adéquates», poursuit le candidat solidaire dans Mercier.

Pour le candidat solidaire dans Labelle, Gabriel Dagenais, maire supplément de Huberdeau et bachelier en science politique et relations internationales de l’université Concordia, il faut fournir des incitatifs qui correspondent aux réalités des producteurs privés. «Il faut changer les règles du jeu pour qu’il soit payant d’accroître la production en forêt privée. Après avoir payé leurs taxes et impôts, les producteurs conservent bien peu de revenus.»

«Une plus grande cohérence dans le soutien aux producteurs forestiers permettrait d’augmenter les volumes de bois disponibles sans augmenter l’empreinte écologique. Pour sortir de la crise forestière, le gouvernement du Québec doit augmenter son soutien aux petits producteurs privés, améliorer ses programmes et adapter sa fiscalité. Il faut aussi leur garantir un meilleur accès au marché du bois», avance Amir Khadir.

L’augmentation de la part de production réservée à la forêt privée pourrait également contribuer à l’implantation d’aires protégées. «Les usines de transformation manquent de volumes de bois, ce qui met de la pression sur les dernières forêts intactes. Pour que le Québec accélère la création des aires protégées, il est urgent d’augmenter l’approvisionnement à partir forêt privée. Les volumes produits en forêt privée donneront un répit aux forêts publiques en reconstitution. Québec solidaire appuie une foresterie à plus petite échelle qui permet d’occuper le territoire et d’améliorer les revenus des producteurs forestiers», conclut Amir Khadir.

Québec solidaire verra à ce que se concrétisent les engagements pris lors du Rendez-vous national de la forêt québécoise, notamment un financement accru et prévisible.